Une journée de rentrée montrant la solidarité de toute l’école républicaine autour de ses valeurs fondamentale était annoncée en grandes pompes. On a attendu et on a vu. Comme prévu, ils confirment qu’ils sont mauvais. Pourtant, dans un moment aussi grave et dramatique, pas difficile de faire un truc solennel. Mais non. Rentrée normale, une minute de silence et on retourne en classe. Un collègue a été décapité parce qu’il faisait son travail. La hiérarchie ne l’avait pas soutenu alors et elle persévère aujourd’hui dans son inaction. Dramatique d’incompétence.

L.

Le protocole sanitaire est inapplicable dans mon collège. Nous accueillons près de 700 élèves, dans certaines salles ils ne peuvent être distants que de 20 cm. Les fenêtres disposent d’un dispositif de sécurité et ne peuvent s’ouvrir que de 10 cm. Et pour plusieurs d’entre elles les volets roulants sont cassés en position fermée depuis des années, ce qui empêche l’aération.

M. Enseignant·e en collège dans les Hauts-de-Seine

CPE en collège, je discute de mon emploi du temps avec mon Principal, lui rappelant la circulaire de mission de 2015 où il est stipulé que les CPE doivent travailler 39h par semaine, dont 35h en établissement et 4h laissées à notre convenance. Il me rétorque que j’ai une mauvaise interprétation du texte et qu’en tant que cadre j’étais annualisé, devant faire 1607h, soient 41h par semaine en établissement en les ayant réparties sur trente neuf semaines. Je ne savais pas que cette loi avait été adoptée et que des décrets d’application avaient été publiés.

CPE dans l’Eure