Je suis enseignant·e contractuel·le et ai préféré faire profil bas pendant les surveillances du bac. Mais comme elles avaient lieu l’après-midi, j’ai décidé d’apporter mon soutien aux collègues grévistes sur les piquets du matin devant le lycée. La direction s’est empressée de faire remonter une retenue sur salaire au rectorat, avant même que je ne puisse m’expliquer. Pourtant ma signature figure bien sur toutes les surveillances auxquelles j’étais convoquée. Je ne peux qu’imaginer la pression exercée sur la secrétaire, d’ordinaire très consciencieuse.

Enseignant·e contractuel·le en Seine-Saint-Denis