On nous a demandé de compléter les notes manquantes en langue en se basant sur les dossiers des élèves, ou bien en cas d’absence de dossier, en fabriquant une note à partir de celle de l’autre langue vivante. Nous avons refusé.

P., enseignant·e du Val-de-Marne