Nous avons dû corriger 50 copies ou lieu des 30 habituelles. Nous étions d’accord pour refuser les copies des grévistes et ne pas casser la grève de ceux qui pouvaient la faire. On nous a donné les copies malgré tout, sans nous préciser qu’il s’agissait de celles des grévistes : on les a simplement ajoutées à nos tas habituels.

F., professeur d’Histoire-Géographie au collège dans la Seine-et-Marne