J’étais venue rapporter mes notes quand j’ai croisé le principal désabusé dans le couloir : “Pas la peine, cette année, on se torche le cul avec…”

A., enseignant·e de français dans le Haut-Rhin