Aujourd’hui j’étais convoquée à une formation dans mon collège. Au milieu de la matinée, on nous a demandé de corriger les copies des collègues grévistes (le chiffre de 850 copies restantes a été avancé).

E., enseignant·e de français dans l’Isère