Voilà. Je peux vous le dire maintenant parce que je n’en peux plus. On nous a forcé à valider des notes dont on a jamais vu les copies ni les bordereaux. J’ai envie de pleurer.

Anonyme